[Rétro] Cadillac and Dinosaurs

cadsndinosNuque longue, Jeans et bandanas
Capcom, marque de qualité de la bonne baston bien pêchue à l’époque, nous sortait en 1993 cette adaptation du dessin animé du même nom. Une série au pitch assez saugrenu, fleurant bon les années 80-90 et son absence totale de scrupules quand il s’agissait de faire un scénario. Pas besoin de réalisme, ou même de bon sens, du moment que c’est fun et que ça attire l’attention.

C’est dans cet optique que l’on va accompagner les 4 héros : Jack le beau gosse en Jean et chemise moulante, Hannah en pantalon taille basse et chemise nouée sous la poitrine, Mustapha en tenue de golfeur et bronzage naturel et Mess au look de gros baraqué militaire. Ils vont évoluer de 1 à 3 joueurs dans un monde post-apocalyptique où la nature a repris ses droits et où les dinosaures errent entre les buildings à moitié détruits des grandes villes.

c'est quand même sacrément beau !

c’est quand même sacrément beau !

Mais contrairement à ce qu’on pourrait croire, les dinosaures ne sont pas les méchants, mais des animaux neutres à la base (mais carnivores, quand même, pour certains). Non, ce sont les vilains braconniers humains qui aiment torturer et faire souffrir ces animaux que nous allons combattre et ainsi démasquer les recherches abominables d’un savant fou qui s’amuse à muter l’ADN humain et dinosaure pour créer une nouvelle super-espèce ! Un concept très série B, mais qui l’assume totalement et se concentre sur la notion de fun et de dépaysement. Une aventure dont les contrées et les personnages ne lassent jamais, surtout avec des graphismes aussi beaux et une musique pop aussi entraînante et agréable.

les cheveux au vent et le sang sur les pare-chocs...

les cheveux au vent et le sang sur les pare-chocs…

Fais gaffe à ta gueule, Denver !
Beat’em all bien classique au demeurant, on contrôle le personnage à l’aide du stick et de deux boutons : l’un pour frapper, l’un pour sauter. Mais très vite on se rend compte que des petites variantes bien sympas existent. Coup spécial puissant (qui consomme de la vie, attention) avec les deux boutons, mais aussi course, projection, coup sauté plongeant et autre coup sauté piqué. Des nuances déclenchées par l’orientation du stick ou la succession des deux boutons, qui suffisent à dynamiser considérablement le gameplay et à rendre les joutes intéressantes et variées. Ajoutons à cela la possibilité de ramasser des armes à feu au sol pour se voir affublé d’une puissance offensive jouissive pendant quelques instants et la progression dans les niveaux est un véritable plaisir.

Les ennemis sont assez variés même si pas mal de sprites changent évidemment seulement de couleurs comme dans tous les jeux de cette époque. Mais entre les humains, les dinosaures et les mutants, le bestiaire ennemi ne lasse pas. Oui, car si les dinosaures ne sont pas méchants de base, on est souvent confronté à des situations où ces derniers se verront agressés par les méchants, ce qui les fait entrer dans une colère folle et attaquer tout humain sans distinction.

Avec les armes, on déchire trop !

Avec les armes, on déchire trop !

Quelques petits niveaux intermédiaires au gameplay différent entrecouperont les phases traditionnelles et vous proposeront par exemple de rouler à fond les manettes au volant d’une Cadillac, renversant un maximum d’ennemis pour scorer.

Un titre franchement réussi à la difficulté bien dosée (je l’ai fini en environ 2h et en utilisant une bonne quinzaine de crédits), qui fera sourire tout au long de l’aventure et nous baignera dans une ambiance eighties jusqu’au générique de fin digne des meilleurs nanards de l’époque. Et on n’a qu’une envie ensuite c’est de se le refaire. Bravo Capcom !

Cadillacs and Dinosaursle début du jeu en vidéo pour vous donner envie :

Publicités

2 réflexions au sujet de « [Rétro] Cadillac and Dinosaurs »

  1. C’est un jeu sympa, mais si je devais vraiment de conseiller un BTA, ce serait Dungeons & Dragons: Shadow Over Mystara. Suivis de peu par Alien VS Predator.
    Après y a des titres sympatoches comme Cadillacs & Dinosaures, Sengoku III, The Punisher. Mais ils n’arrivent pas à la cheville de D&D:SOM.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s