[Film] Total Recall : Mémoires programmées

Dans un monde futuriste, un homme au quotidien monotone rêve chaque nuit d’une vie plus trépidante. Un jour, il décide de ne plus se contenter de son quotidien et se rend chez Rekall, une société qui vend des rêves. Par manipulation du cerveau, ils implantent dans vos souvenirs une vie fantasmée pour qu’elle en devienne aussi réelle que possible. Grâce à cela, il est donc possible pendant un laps de temps de vivre le frisson d’être une rockstar, un millionnaire, un don juan, ou encore un agent secret. C’est ce dernier choix que Douglas va prendre, mais l’implantation mémorielle est immédiatement interrompue par une section d’assaut qui va n’avoir de cesse de poursuivre notre héros. Difficile de savoir si le rêve a commencé ou si la réalité en laquelle il croyait n’était pas que mensonge.

Un remake trop basique
Difficile de s’attaquer à un tel remake sans souffrir de la comparaison avec le génial film de Verhoeven. Il est vrai cependant que l’original accuse un peu le poids des années en terme de rendu visuel, raison pour laquelle j’attendais cette nouvelle version. Mais j’espérais surtout une nouvelle histoire. Reprendre le thème de l’agent secret à la mémoire défaillante qui confond rêve et réalité, mais en changer l’histoire, les lieux et les personnages. Mais ils ont préféré jouer la demi-mesure.

Changement d’environnement. Plus de planète Mars, plus de mutants. Tout se passe sur Terre, dans un monde rendu quasiment inhabitable par la pollution. L’espace vital est devenu extrêmement précieux, et l’humanité ne peut désormais survivre que dans le Royaume-Uni et l’Australie. La première île héberge les riches et les puissants, alors que les pauvres sont cloîtrés dans des villes surpeuplées en Australie, rebaptisée pour l’occasion la Colonie. Mais malgré l’éloignement, les deux îles ne vivent pas en autarcie. Les pauvres viennent travailler tous les jours en Grande-Bretagne en empruntant le seul accès rapide capable de traverser le centre de la Terre en 17mn et relier les deux lieux de vie. Un univers bien différent donc de l’original, ce qui n’est pas un mal car cela change la vision des choses et nous promet une aventure renouvelée.

Et au final, pas vraiment. Le héros est toujours Douglas Quaid, marié à une femme qui simule l’aimer pour mieux le surveiller. Doug se découvrira les mêmes liens avec la Résistance, un groupe d’hommes qui tente de renverser le gouvernement actuel. Les méchants du gouvernement sont dirigés par Cohaagen qui veut secrètement anéantir la populace, etc… le film va suivre les mêmes rebondissements et chemins scénaristiques que l’original. Ce qui en fait une bonne histoire, donc, mais abordé avec moins de profondeur et servie par des personnages moins efficaces et charismatiques. Hormis un Colin Farrell très agréable qui nous fait oublier notre bon vieux Schwarzy, tous les autres personnages fleurent bon la série B et manquent de crédit et de profondeur. La palme à un Bryan Cranston décevant en méchant politique qui devient à la fin comme par magie un pro du combat rapproché à main nue. Et choisir d’enlever le personnage du lieutenant de Cohaagen pour le fusionner avec la femme de Quaid est bien maladroit, car cette dernière passe plus pour une harpie obsédée que pour un redoutable adversaire.

Un univers splendide
Ce film est un bon exemple de divertissement où il ne faut pas attendre grand chose du fond, mais où l’on se fait réellement plaisir avec la forme. La ville est juste magnifique de détails et d’ambiance à la Blade Runner. Toutes les maisons sont imbriquées les une dans les autres et fourmillent de lampions, de néons, rappelant Chinatown. Tout est sale et pauvre, mais tellement réaliste car reflétant la société de consommation.

L’être humain a en effet cette capacité à continuer à s’entourer de trucs inutiles et frivoles même pauvres. Ce monde le montre bien. Les gens n’ont pas le sou mais ont des gadgets technologiques partout car ce sont devenu des choses courantes. Et l’originalité de ces derniers nous arrache sans cesse des « haha, trop fort ! ». Un frigo à écran LCD pour y afficher les petits mots, les to do list et les photos de famille, les tatouages luminescents qui sont très à la mode, les téléphones intégrés dans la paume de la main, et tellement d’autres que j’ai apprécié mais oublié.

Rien que les autoroutes, j’adore ! Les voitures n’ayant plus de roues, elles avancent grâce à un magnétisme qui les relie à une distance exacte du sol : elles flottent, donc, mais elles peuvent aussi être suspendues. Résultat, les voies d’autoroutes suspendues sont utilisées des deux côtés. Vous faites l’aller en flottant sur l’asphalte et faites le retour en dessous, suspendu à l’asphalte. Le concept servira évidemment pour une course poursuite endiablée.

Des scènes d’action au passage qui s’avèrent souvent trépidantes, mais parfois vraiment trop incohérentes.
Oh, et j’oubliais de signaler un petit détail agréable : les nombreux clins d’oeil plus ou moins discrets au film original qui font bien sourire.

Enfin bref plein de bonne idées pour un univers exaltant, qui ne suffit tout de même pas à porter un film bien peu ambitieux et plat, mais qui fait passer un moment sympa. Qui plus est, si vous n’avez jamais vu le Total Recall originel, la comparaison n’est alors plus d’actualité et le film ne peut en être que meilleur.

Publicités

2 réflexions au sujet de « [Film] Total Recall : Mémoires programmées »

  1. Les critiques que tu émets sont un peu les doutes que j’avais en voyant la bande annonce. Très jolies images mais sans doute une histoire qui ne suit pas. Ajouté à cela que j’ai personnellement beaucoup de mal avec Colin Farell.

    Mais bon, l’idée de base, et les images me donnent malgré tout bien envie de voir le film et ta critique n’étant pas non plus négative renforce un peu mon idée. =)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s