[Film] Jusqu’à ce que la fin du monde nous sépare

C’est officiel, un astéroïde gigantesque va s’écraser sur la Terre dans trois semaines et la navette spatiale censée sauver l’humanité vient d’exploser en plein vol. La fin du monde ne peut donc plus être évitée. C’est sur cette annonce mondiale que commence le film et que Dodge, quadragénaire un peu coincé voit sa femme partir en courant pour ne pas vivre ses derniers jours avec un looser. Comme tous les autres, Dodge n’a que 3 semaines à vivre, et il est seul.
Dès lors il va errer sans savoir quoi faire de ses derniers instants jusqu’au moment où il va découvrir une lettre qui ne lui était jamais parvenue, dans laquelle son amour de jeunesse lui avouait être encore amoureuse de lui. Dodge a désormais un but, la retrouver avant la fin.
Mais un destin farceur lui fait rencontrer Penny, sa voisine qui, ayant raté les derniers vols pour rejoindre sa famille, va l’accompagner pour l’aider à reconquérir son amour perdu. A moins que sur le chemin de nouveaux liens se créent.

Que feriez-vous avec 3 semaines à vivre ?
On s’est tous déjà posé la question, sans savoir vraiment quoi y répondre. Mais si en plus toute l’humanité mourrait avec vous ? Plus de peur des conséquences pour qui que ce soit, plus d’inhibitions, plus de fantasmes inavouables. Tout au long du film, en trame de fond, on assiste à l’humanité dans toute sa diversité.
Certains cassent tout sans craindre que ça manque à quelqu’un ou que la police fasse encore son boulot, d’autres baisent à tout va sans se soucier des MST, d’une grossesse non souhaitée ou encore d’une quelconque notion de couple à gérer. D’autres, à l’opposé ne parviennent à tenir qu’en continuant leurs gestes quotidiens comme tondre la pelouse, faire le ménage. Les plus effrayés se suicident, même.
Mais tous voient naitre en eux une volonté de vouloir vivre des choses uniques une dernière fois. Que ce soit faire du surf avec ses enfants, faire un repas en famille, ou passer la nuit dans les bras de celle qu’on aime. Tout le monde tente avec plus ou moins de succès de vivre intensément une dernière fois.

Et cet aspect du film est vraiment touchant et fera écho à n’importe quel spectateur. C’est un thème intéressant, qui fait réfléchir et qui ne peut laisser insensible.

Une histoire qui touche
Si le héros me semble tout le long un chouilla antipathique, au moins cela sert son aspect « balai dans le cul », et cela contraste avec merveille avec le jeu d’acteur émouvant de l’électron libre qu’est la jolie Penny. Une jeune femme glandeuse, grande gueule, terriblement spontanée aux réactions extrêmes, mais qui dégage une aura attachante au possible.

Le cheminement de ces personnages dans leur tête et dans leur vie est un très beau moment de cinéma et si quelques longueurs se font sentir et malgré une mise en scène un peu trop plate et banale, on ressort de la séance avec une petite larme à l’œil, et un cœur tout gros, touché par une fin qu’on avait à la fois peur et envie de vivre. Un très joli film.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s