[Série] Ghost in the Shell : Stand Alone Complex

Une thématique riche.
Dans un futur où la cybernétique a évolué au point que tous les humains possèdent au minimum des implants robotiques et au mieux un corps entièrement cybernétisés, une équipe militaire secrète, la Section 9, s’occupe d’opérations spéciales à grand renfort de technologie de pointe. Ainsi, les multiples enquêtes abordées touchent au domaine du piratage informatique, du trafic d’organes cybernétisés, du vol de données mémorielles, ou autre manipulation illicite de données virtuelles… toute une nouvelle gamme de délits née du modernisme et des avancées technologiques.

Outre des enquêtes policières sur fond de conflits politiques, chaque épisode aborde donc différentes questions sur la robotique : un Ghost (terme utilisé pour désigner l’esprit issu d’un corps vivant et inséré dans un corps entièrement cybernétisé) peut-il naître d’une machine ? Quelles sont les limites des humains désormais capables de vivre beaucoup plus longtemps ? L’individualité peut-elle naître chez un robot et est-ce une mauvaise chose ? Etc… Des questionnements psychologiques très intéressants traités de manière intelligente et percutante.

Un équilibre sur la longueur.
Si la base de départ est très bonne, les premiers épisodes ne sont pourtant pas très prenants. Les histoires sont intéressantes et bien trouvées, mais il manque un je ne sais quoi qui casse le rythme et empêche de s’attacher totalement aux personnages. Jusqu’à l’apparition en fil rouge du hacker de génie dénommé le Rieur. Une personne capable de pirater tout le monde autour de lui pour déformer la réalité et manipuler n’importe qui. Une personne aux desseins intrigants et obsédants. Les épisodes concernant le Rieur vont ponctuer les histoires plus intimistes et s’intensifier jusqu’à couvrir tout le dernier tiers de la série et embarquer le lecteur dans un suspens haletant et de superbes moments et d’actions, de complot politique, et de complicité entre membres de la Section 9.

Et pour mon bonheur, je suis satisfait de voir que la série emprunte bien plus l’ambiance du premier film que du second. Car si je salue le talent de Mamoru Oshii pour le cadrage, la gestion des scénarios politiques et le rendu graphique en général, je dois aussi avouer que je m’ennuie mortellement lorsqu’il a les mains libres en tant que réalisateur. En effet, Ghost in the Shell 2 est pour moi totalement mal rythmé et d’un ennui mortel, alors que le premier opus respectant certainement des chartes imposées par les producteurs parvient à trouver un parfait équilibre entre action, légèreté, épaisseur scénaristique et questionnement psychologique. Équilibre que l’on retrouve pour notre plaisir dans la série.

Un dernier point pour vous convaincre de voir cette série ? : les musiques sont de Yoko Kanno (même si ce ne sont pas ses meilleures) et la série est visionnable gratuitement et légalement sur DailyMotion. Plus aucune raison de se priver.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s